mercredi 15 mai 2024

Anne-Marie Cadieux et David Boutin . Vernon Subutex 2 & 3
Photo : Alain Roberge / La Presse

La 1ère partie est plus enlevante que les 2&3, qui semblent avoir manqué de budget et de temps pour une réalisation à la hauteur du contenu. C’est plus lent à démarrer que le tome 1 et on sent le manque de moyens, même si l’ingéniosité sert bien le décor.

L’intérêt de ces pièces réside dans le leitmotiv de Virginie Despentes, soit la dénonciation des injustices faites aux femmes, de leur exploitation, tout en citant Simone (de Beauvoir, Veil, ou même Monet-Chartrand…), le pouvoir de l’argent et le despotisme des dirigeants, donc des méfaits du patriarcat.

Autant j’avais ri l’an dernier en voyant le tome 1, autant j’ai pleuré avec la dramaturgie qui habite les tomes 2 et 3. Je les ai pourtant lus… On aborde une réalité qui relève du patriarcat, soit les massacres perpétrés en France par des Islamistes. On y va crûment !

Il faut souligner le travail des comédien.nes qui s’en donnent à cœur joie. David Boutin, encore plus touchant, plus sale et délabré. Paul Ahmarani, qui passe aisément d’un personnage à l’autre tout en nuançant son jeu, comme Anne-Marie Cadieux, tout aussi hilarante avec une syphilis grimpante qu'une fourrure tombante. Le jeu de Dominique Quesnel, sous ses divers personnages, est tout aussi époustouflant ! Elle aurait intérêt à jouer plus, surtout la comédie.

On plane avec eux sous des airs connus et parfois mythiques.

La responsable de la billetterie, touchée par mon enthousiasme face à l'œuvre, m’a invitée à voir l’intégrale lors de la dernière représentation. J’ai dû refuser l’offre, ayant un anniversaire ce jour-là. J'aurais bien revu le tome 1…

J’ai les 3 tomes que je relirai peut-être… mais j'admets que c’est plus rigolo à voir qu’à lire. Je conseille fortement ce spectacle, dont le succès aura peut-être raison des bailleurs de fonds.

BRAVO à Virginie Despentes, Angela Konrad, à toute la troupe, aux équipes artistiques et techniques !

vendredi 3 mai 2024

il y a trop longtemps…

 

Une belle interprétation du Lac des signes par la troupe de Marie Chouinard,
qui se veut une dénonciation du viol en tutu…

Marie Chouinard et Hofesh Shechter nous présentent leur interprétation
du Lac des cygnes, suivis de Minus 16, de Ohad Naharin : un délice !

jeudi 28 décembre 2023

 

dimanche 22 octobre 2023

Killers of the Flower Moo


Merci à Martin Scorsese pource bel hommage aux Premières Nations !


Même si De Niro n'a pas le beau rôle, ni DiCaprio d'ailleurs, les 2 acteurs campent bien leurs personnages au point de nous faire oublier qui ils sont dans la vraie vie. Lily Gladstone est tout aussi crédible dans le personnage de Molly, qui a finalement été sauvée d'un empoisonnement, qui aurait fait de son mari (DiCaprio) l'héritier des biens du clan familial.

Ce film est une fresque historique qui relate le massacre des membres de la communauté osage. Une tuerie qui permettait à King Hale (De Niro) de continuer de s'enrichir au détriment des habitants de ce territoire, où l'or noir coulait à flot. C'est le FBI qui finira par démanteler ces méfaits, suite à une série de morts suspectes.

Le film a été tourné sur le territoire osageavec eux, tout et en travaillant avec les artisans sur place pour respecter les coutumes, les décors, les accessoires, les costumes et tous les articles d'apparats.

Il s’agit de l'adaptation d'un ouvrage de David Grann paru en 2017.

samedi 16 septembre 2023

Ceci n'est pas un tableau abstrait…

 … c'est la planète en décomposition.

Edward Burtynsky nous fait découvrir toute la détresse que subit la planète
sous les interventions humaines. Quel désastre !

Marais salants #25, petit Rann de Kutch . Gujarat . Inde . 2016

Étangs d'eau salée #1, près de Fatick . Sénégal . 2019

Résidus de charbon #1 . mine de Ravensworth
Vallée Hunter . Nouvelle-Galles du Sud . Australie . 2022

MP Materials #6 . mine de Mountain Pass . Californie . États-Unis . 2023
Rangées d'équipement minier obsolète, gardé pour en tirer des pièces de rechange.

Tableau final de l’amour

Francis Bacon . Three Studies for Self-Portrait . 1972 . Oil on canvas . 35.5 x 30.5 cm

© The Estate of Francis Bacon. All rights reserved, DACS/Artimage 2023.Photo: Prudence Cuming Associates Ltd
Tableau final de l’amour . Photo : Usine C
Dans cet œuvre, Larry Tremblay poursuit sa mise à nu de l’être humain. Il s'inspire de la vie tumultueuse du peintre Francis Bacon et nous révèle sa quête artistique, viscérale et dangereuse de la vérité profonde de l’être.Autodidacte, Bacon suit les pulsions presqu'animales de l’homme. Sa conception du monde est partagé entre les forces vitales et les forces destructrices, entre la poésie et la violence. Le rouge sanguin habite l'espace et renforce la cruauté des images.C'est la vision d’un artiste obsédée par le corps, qui résonne comme un cri. Il s'adresse à l’amant qui s’est introduit dans son atelier, en pleine nuit, et qui lui a servi de modèle. On retrace les errances de leur relation passionnelle et dévastatrice.La metteure en scène Angela Konrad s'empare de l'écriture pour percer le mystère et la violence que recèlent les tableaux de Bacon.

jeudi 7 septembre 2023

World Press Photo

Jonathan Fontaine . L'ultime voyage des nomades / Éthiopie
 
Mads Nissen . Le prix de la paix en Afghanistan


lundi 4 septembre 2023

Dufresne - Langevin

Centre d'Art Diane Dufresne

Il est possible d'admirer les personnages d'argile de Diane Dufresne, au centre d'art qui porte son nom. Elle s'adonne maintenant à la peinture et à la sculpture.

Artchéologie est une exposition qui impressionne dès qu'on accède à la salle. La mise en scène nous transporte dans une caverne, où chaque personnage y joue bien son rôle, parfois théâtrale, parfois ancestrale…




On découvre ensuite le travail de son conjoint et sculpteur, Richard Langevin.

Les bélugas
Continuum Exposition rétrospective


mercredi 9 août 2023

Festival Présence autochtone

Lin Alluna . 2023 . Groenland - Danemark - Canada . 92 minutes
Anglais - inuktitut - suédois / sous-titres français

SYNOPSIS
Suite au décès de son fils, Aaju Peter se lance dans une quête éperdue pour récupérer sa langue et sa culture, dont elle avait été coupée suite aux politiques coloniales d’assimilation. Se retrouver soi-même, panser ses blessures, surmonter les traumas, affronter le colonialisme, changer le monde : mission impossible?
Twice Colonized, preuve à l’appui, étayée de sept ans de tournage, démontre que courage, émois, convictions peuvent se conjuguer pour influencer durablement le cours de l’histoire.

À voir…




vendredi 5 mai 2023

PLURAL . art contemporain

Cette année, le Grand Quai accueillait PLURAL, une expo qui se dédiait aux techniques variées, tant en volume qu'en couleur. Beaucoup de choses très intéressantes…

Elisabeth Perreault . Danser avec son fantôme . 2022-2023
Perles, velours, polyester, coton, canevas, soie, rembourrage, billes de verre, plastique, carton, fleurs séchées, cancrelat, métal, cheveux naturels et synthétiques . 40 x 210 x 417 cm


Bandanna Zack . Skates . 1996 . Papier mâché, lacets

Charley Young . Forefather . Graphite and white Pencil on drafting film . 36” x 72”


Marc Leduc . Gaucher 1961 . 2022 . Technique mixte sur bois . 61 x 91 cm

EVOL . Summer TV Classic . 2014 . 74,5 x 53,5 cm

Nadine Farah . Then you wake up and your fingers fill with meanings . 2023
Aquarelle sur papier . 32” x 42”


France Trudel . Quatuor 7 . Technique mixte sur toile . 18” x 18”