jeudi 13 février 2020

Les Misérables


Les fiches du cinéma

« Qui n'est pas capable d'être pauvre n'est pas capable d'être libre.» Victor Hugo

La nature humaine n'a pas beaucoup changé depuis 1862…
Un film coup de poing qui révèle toute la cruauté à laquelle sont confrontés ces jeunes qui grandissent dans un contexte qui les oblige à se livrer à la violence pour se défendre, pour se venger des injustices qu'ils vivent au quotidien.
Des policiers pourris, représentants de « l'ordre », qui les méprisent, les maltraitent sans remords. C'est de la grande bêtise « inhumaine ».
La vie dans La Cité, enclave dans une ville qui ne tient pas compte de la réalité de sa population Néo-Française.
On en sort ébranlé-es… même écœuré-es par ce manque d'humanisme, qui ne fera que continuer de se perpétuer…

vendredi 7 février 2020

Lhasa

© Tshi

Danse Lhasa Danse est un bel hommage mis en scène par PPS Danse, 10 ans après la mort de cette grande âme nomade.
Un spectacle où les arts vivants se conjuguent à l'unisson : le chant, la musique et la danse.
Certains pièces sont d'une grande émotivité, particulièrement celles en espagnol interprétées par Bïa et en anglais par Alexandre Désilets. Ils savent rendre la musicalité qui faisait la particularité de la voix de Lhasa.
La danse de PPS est contemporaine et sait se marier à l'atmosphère musicale de Lhasa. À noter la performance de Myriam Allard, tant dans l'adaptation du flamenco que l'utilisation de ses costumes, qui deviennent des accessoires. Sara Harton, toute menue, se démarque aussi par son agilité. Betty Bonifassi et Karen Young font partie des interprètes.
J'ai connu Pierre-Paul Savoie vers la fin des années 80, alors qu'il était danseur et moi graphiste au secteur culturel. On fréquentait les mêmes personnes et les mêmes lieux, un peu dans la marginalité.
Il n'a pas changé, toujours aussi charismatique et attachant.
Je souhaite encore beaucoup de succès à la compagnie PPS Danse.

dimanche 2 février 2020

Papicha


Un film de Mounia MeddourDes jeunes filles libres, du moins qui le croient, dans une Algérie empreinte de restrictions et de machisme, et parfois contraintes à se soumettre à ce dictat patriarcal.
On partage leur joie de vivre, de courte durée, et les violences qu'elles doivent subir pour éviter l'endoctrinement.
Un film à voir pour comprendre pourquoi beaucoup de femmes dans le monde essaient de s'extraire des obligations dictées par une religion encore trop punitive.

mercredi 29 janvier 2020

DANSE / DANSE

bODY_rEMIX/les_vARIATIONS_gOLDBERG



Photos : Marie Chouinard

On passe par toutes les émotions sur le thème du corps, du plaisir à la souffrance, des symboliques de la forme, du son… des références à « L'après-midi d'un faune ».
On aime, on joue, on jouit, on se bat, on baise, on rit, on pleure… On souffre avec ces êtres à la fois animal et humain.
La référence aux personnes diminuées physiquement ou mentalement, dépendantes d'un sauveteur ou d'un prédateur…
Marie Chouinard nous amène dans un univers où l'émotion est forte. C'est de l'art vivant, théâtral, sonore, visuel et contemporain, de la performance… toutes les variations de l'art.

mardi 28 janvier 2020

IMAGINE VAN GOGH




IMAGINE VAN GOGH . L'Arsenal

Une expérience immersive, tant en image qu'en musique, avec des pièces de grands maîtres classiques.
C'est toutefois l'audace et le talent de Van Gogh dont il est question. Il peignait de traits spontanés tout en étant précis. Baigné-es dans l'immensité de ses tableaux, au sens de la grandeur de son œuvre, même si ici ce sont des projections murales qui nous englobent totalement, on ne peut rester indifférent-es à la force que dégage son travail.
Il est dommage que les tableaux s'enchaînent aussi rapidement. On voudrait se vautrer dans les scènes, les formes, les couleurs…
Un talent précoce pour son temps. Cet homme, qu'on a dit fou maintes fois, devait être Asperger, syndrome méconnu à l'époque.

vendredi 17 janvier 2020

SCANDALE

Photo : cinoche.com

Un film qui expose le SCANDALE impliquant Roger Ailes, le fondateur de Fuck News, oups ! Fox News…
Il est dénoncé par une journaliste mise à pied suite à son refus de lui accorder des faveurs sexuelles et soutenue par une lectrice de nouvelle et une collègue, qui finit par démissionner après avoir été victime de ce vieux cochon.
Incroyable de se rendre compte que même en 2016 ce genre de chose était encore possible.
Les 3 actrices sont merveilleuses, même si présentées à la manière Barbie au départ et qui se révèlent au naturel petit à petit.
Charlize Theron est impressionnante ! Cette femme a la capacité de se transformer à volonté. Il s'agit de se rappeler Monster, où elle était méconnaissable.
Chapeau aussi à Nicole Kidman et Margot Robbie, qui a encore un rôle de belle fille, mais moins accessoire que dans Once upon a time… in Hollywood.
Un film à voir pour le fond plus que pour la forme.

mercredi 1 janvier 2020

Le chant des noms

Luke Doyle dans le rôle de Dovid'l Weinberg.
Photo : Sabrina Lantos

Le dernier film de François Girard d'une grande sensibilité, émouvant et pas seulement pour les amateur-es de violon.
Le scénario est bien ficelé, les images sont superbes et le jeu des acteurs est de grande qualité. À remarquer le jeune Luke Doyle qui personnifie Dovidl à l'âge de 13 ans. On ne peut pas se tromper avec de grandes pointures comme Tim Roth et Clive Owen dans le rôle des garçons à l'âge adulte.
À voir !

dimanche 8 décembre 2019

Lions d'Or de Cannes

Ce sont les droits humains qui gagnent la partie, particulièrement les droits des enfants à être des enfants. Des images de qualité et percutantes. BRAVO !


Voir la vidéo sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=h88CKWRy-cE&list=PLKKd8x83VlTZF6bPuBrUFSyu6tk814LIB&index=1

samedi 7 décembre 2019

Les momies du MBAM

Sarcophage intérieur de Toutânkhamon

Sarcophage au Musée du Caire

Le Musée des Beaux-Arts présente une collection de 6 momies du British Museum, provenant sûrement de tombeaux de la Vallée des Rois qui ont été pillés.
Rien à comparer à la collection qu'on peut admirer au Musée égyptien du Caire, dont fait partie tout le contenu de la chambre funéraire où a été inhumé Toutânkhamon et qui demeure la propriété du Caire. À noter qu'il n'a pas eu le temps de préparer son tombeau. 
Howard Carter fut le 1er à entrer dans ce caveau où le sarcophage et les effets personnels du jeune pharaon étaient empilés. Ce roi mort, tout au plus à 20 ans, reste le plus célèbre des dirigeants d'un pays.
On peut y côtoyer d'autres « personnages » dont Isis, Anubis, Néfertiti, Ramses, Kheops, Khephren… pour n'en citer que quelques-un-es.
À lui seul, le Musée vaut un détour par Le Caire, à proximité de Gizeh et de ses pyramides.

Le Tigre bleu…

Photo : Yanick MacDonald

Emmanuel Schwartz nous invite à la mort d'Alexandre, qui fut grand dès son jeune âge. Attisée par la domination des territoires ennemis, sa passion l'aura mené à vivre les plus grandes aventures politiques et guerrières de l'Antiquité. Fasciné par l'Orient et le Tigre bleu de l'Euphrate*, il aura conquis la Perse.
C'est toutefois la performance du comédien dont il est question. Schwartz, déjà un grand nom du théâtre, réussit à nous entraîner dans une épopée lyrique à travers les nombreuses batailles du fougueux et intrépide Alexandre. Une tirade de 90 minutes qui relate, sans temps mort et sans ennui, les aléas et mémoires de ce roi fougueux et d'une grande sensibilité.
Du grand art théâtral porté par Schwartz le Grand.

* Est-il question de animal façonné de lapis-lazuli ou du célèbre fleuve de Mésopotamie, qui rejoint l'Euphrate ? Une chose est certaine, Alexandre le voit…